Les splendides éclats

Les splendides éclats

RÉALISÉS DANS LA FILIATION DIRECTE de ses oeuvres depuis le milieu des années 80, les tableaux récents de Peter Halley s’en démarquent cependant dans leur structure et par le recours à de nouvelles  couleurs aux refletsmétalliques. Abandonnant pour lemoment les couleurs fluo, l’artiste américain centre ses peintures sur l’argenté et le doré, parfois jusqu’au monochrome nuancé par le seul traitement desmatières. Paradoxalement cette option chromatique, alliée à celle du brillant qui pourrait traduire l’idée de luxe, apporte aussi une sobriété classieuse. Une distinction. Comme il n’abandonne pas pour autant une gamme plus large de coloris relativement tendres, aussi de noirs et de gris, les peintures sont adoucies, tempérées par rapport à l’aspect rigoureusement construit qui pourrait engendrer une impression de sévérité. Un tel traitement chromatique etmatiériste par les surfaces en relief rend certaines formes, dans un concept spatialiste, flottantes.

La Libre - Arts Libre - 08/04/16
La Libre - Arts Libre - 08/04/16
La Libre - Arts Libre - 08/04/16